L’agriculture biologique pour les Nuls !

Publié le 14 septembre 2021 Catégorie : Reportages
Istock @LuckyBusiness

Depuis des années, tout le monde parle de l’agriculture bio. Mais aujourd’hui qu’en est-il vraiment ? Label ou pas label ? Biologique, raisonnée, naturelle ou intensive, l’agriculture est-elle une source d’inquiétude pour nous et pour l’environnement ? Nous permet-elle une nourriture saine produite dans des conditions respectables ? Un vieux débat qui mérite un petit éclairage.

Quels sont les objectifs de l’agriculture biologique ?

 

Istock @Vasyl Dolmatov
Istock @Vasyl Dolmatov

Il existe au moins une dizaine de labels bio en France pour l’alimentation. Mieuxvivreautrement.com en parle très bien dans leur billet : Guide des 9 labels bio alimentaires en France. Sans compter la quinzaine de labels bio pour la cosmétologie que vous pouvez découvrir avec Belleaunaturel.fr dans leur billet : Présentation des labels bio.

En général, ils ont tous pour objectif de respecter notre santé, la qualité des produits consommés/utilisés, de préconiser la biodiversité, le bien-être animal et de sauvegarder l’environnement.

Qu’est-ce que représente l’agriculture bio aujourd’hui en France ?

 

Istock @GANNAMARTYSHEVA
Istock @GANNAMARTYSHEVA

En 2019, selon les chiffres de l’Agence Bio (l’Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique), le marché de l’agriculture bio en France représente presque 12 milliards d’Euros. C’est un marché en nette progression depuis 2007, et qui augmente d’1,4 % entre 2018 et 2019.

Bien que la dimension économique de la grande distribution en France ne soit plus à discuter avec leurs 190 milliards d’Euros H.T. et les 3,5 millions d’emplois qu’ils procurent (contre un peu moins de 180.000 emplois dans le bio), on sent une réelle évolution de la consommation des français puisque les hypers et les supermarchés s’y mettent, eux aussi, au bio.

Prise de conscience à l’égard de l’environnement et de notre santé ?

 

Istock @Poike
Istock @Poike

Dans une enquête menée par l’Agence Bio, 69% des personnes interrogées précisent qu’ils consomment du bio pour préserver leur santé, pour la qualité et le goût des produits, et pour préserver l’environnement.

Le profil des consommateurs qui se seraient mis au bio depuis moins d’un an, serait celui des femmes d’abord, des jeunes de 18 à 24 ans ensuite, puis celui des catégories socio-professionnelles les moins aisées et les inactifs. A priori, le prix des produits bios ne serait plus forcément un frein à la consommation.

Quelle est la différence entre une agriculture labellisée bio et une agriculture naturelle ?

 

Istock @fizkes
Istock @fizkes

Un label, c’est un signe apposé sur un produit pour aviser les consommateurs que ledit produit répond à un cahier des charges défini et contrôlé par un organisme indépendant reconnu par l’État.

Côté produits bio, on va dissocier les produits de consommation courante (cosmétiques et produits ménagers) et l’agro-alimentaire (les végétaux, les animaux et les produits transformés).

Il existe une dizaine de labels bio en France et en Europe, dont le plus connu est le label bio AB. Pour l’obtenir, il faut répondre à un cahier des charges précis selon ce qui est produit et à des conditions socio-économiques précises (partenariat équitable et salaires justes notamment). Par exemple, pour les végétaux, il faut que le mode de production respecte la biodiversité et les ressources naturelles, que la culture soit faite sans produit chimique, que la lutte contre les maladies et parasites soit faite de manière naturelle et que les engrais utilisés soient des engrais verts.

Istock @fizkes
Istock @fizkes

En dehors de respecter le cahier des charges stricte d’un label, il faut payer le contrôle annuel entre 350 et 850€ selon la surface et le(s) produit(s) cultivé(s), et parfois même (en fonction du label choisi) verser entre 0,1 et 0,3% du chiffre d’affaires réalisés. Si ce thème vous intéresse précisément, cliquez sur l’excellent billet de Sonia sur Lutopik.com car vous saurez tout sur les labels : Labels, le bio et le moins bio.

Évidemment, payer de tels coûts en plus de lourdes charges, poussent certains agriculteurs qui croient malgré tout à une culture propre et raisonnée, à vendre leurs produits sous l’appellation de « produits naturels ». Cela ne veut pas dire que c’est moins bien, mais qu’ils ne peuvent pas, ou qu’ils ne souhaitent pas être labellisé bio. Une agriculture naturelle va reprendre les principes les plus sains possibles, mais elle ne sera pas contrôlée par des organismes ou par l’État. Ce sera leur bonne foi qui fera la différence.

En réalité, l’agriculture biologique existe depuis combien de temps ?

 

Istock @Foxys_forest_manufacture
Istock @Foxys_forest_manufacture

Si aujourd’hui tout le monde parle de l’agriculture bio, c’est loin d’être quelque chose de nouveau.

Ce courant existe depuis les années 20 en Angleterre, en Suisse, en Autriche et en Allemagne. Quant à elle, la France s’y serait intéressée dans les années 50.

Historiquement, c’est le refus de l’intensification des cultures qui est à l’origine de ce mouvement. Déjà dans les années 50, il existait un lien entre l’utilisation excessive de pesticides et d’engrais chimiques sur la santé. Sans compter que les producteurs avaient déjà la sensation d’être « pris en otage » par l’industrie.

1968, c’est l’année où les mouvements contestataires sont contre une économie ultra-libérale et productiviste. Ils luttent contre une société de consommation qui valorise l’argent coûte que coûte. Le lien entre l’agriculture intensive, l’environnement et la santé est fait. L’alerte est donnée !

Les crises pétrolières des années 70 font prendre consciences aux gouvernements et aux consommateurs que les ressources de la planète ont des limites.

Istock @Vasyl Dolmatov
Istock @Vasyl Dolmatov

Des producteurs se réunissent en 1978 et créés la FNAB ((Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique) pour porter leur voix auprès du gouvernement. Le premier projet de loi concernant l’agriculture biologique est déposé devant le Sénat en 1979 au sujet de l’utilisation des fertilisants.

Il faudra attendre 1998 pour que le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche lance le premier Plan pluriannuel de développement de l’agriculture biologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter

Vous avez aimé ce que vous avez lu ?
Abonnez-vous à ma newsletter mensuelle pour recevoir mes billets directement sur votre boîte mails !

Inscrivez-vous à la Newsletter !
chroniques
portraits
reportages
ephemere-galerie
A propos de l’auteure
Adélaïde Friboulet Blogueuse et attachée de presse

Fille d’une infirmière et d’un artisan-expert judiciaire, puis chef d’entreprise à mon tour, j’ai décidé de quitter le nid familial pour voler de mes propres ailes. J’ai alors œuvré dans le 1er groupe de presse français pendant 15 années. La filiale dans laquelle je travaillais a fermé ses portes après plus de 40 ans d’existence. D’un malheur est né un rêve. Je me suis alors inscrite dans une célèbre école de journalisme. Et mon diplôme d’attachée de presse en poche… Me voici…

Vous allez découvrir que je suis spontanée, capricieuse, espiègle, malicieuse faut-il croire, rêveuse sûrement, contemplative absolument, timide beaucoup et agaçante semblerait-il, sans aucun doute, pour certains…

Ce sont assurément pour toutes ces raisons, qu’il vaut mieux que j’écrive, c’est encore là que je reste la plus mignonne… Quoique !

Contactez-moi !

error: Content is protected !!