La Geisha des familles recomposées

Publié le 1 juillet 2016 Catégorie : Chroniques

En fait, nous ne sommes jamais prêtes manga-613945_960_720à ce que l’avenir nous réserve en matière de vies sentimentale et familiale. Par exemple, quand nous sommes petites, on nous fait croire au Prince charmant. Et on y croit ! Mais à la quarantaine et un divorce plus tard… Nous tombons des nues ! Et il y a de quoi !

Refaire sa vie, est somme toute, possible. Pour n’importe laquelle d’entre nous !

Ce qui l’est moins, c’est la vie en commun… avec l’autre famille, ou plus exactement… Avec des morceaux de l’autre famille. C’est un monde fascinant et imprévisible.

Mais pour y survivre, il y a quelques commandements à retenir :

boots-181744_12801. Vous n’êtes pas la mère des rejetons de votre bonhomme : nous pouvons être à l’écoute et/ou conseiller mais il ne faut surtout pas donner d’ordre, ou d’avis tranché… Sous peine de décapitation intellectuelle… Action/réaction… Les enfants et les ados sont cruels… Leurs parents aussi !

blonde-2094172_12802. Vous devez accepter d’être comparée en permanence à Maman. Qu’elle soit trop cool ou vilaine, vous aurez toujours le droit à des anecdotes, des critiques et des compliments sur Maman. En plus d’être le passé de votre cher et tendre, elle sera VOTRE présent ! Il n’y a aucun doute. Et ce, en matière d’éducation, en matière de mode, de coiffure, de sport, de cuisine, de voyages, de médecine, de régimes… D’ailleurs quand je dis Maman, je devrais dire « Maman, l’ex-belle-famille et les amis en commun » ! Vous les avalerez à toutes les sauces : qu’elles soient délicieuses ou indigestes.

0AB3. Etre mooooultitâche comme le disait Lilou dans le Cinquième Élément. Encore plus qu’avec vos marmots, il vous faudra déployer des trésors d’ingéniosité et d’ubiquité : Etre taxi, femme de ménage, punching-ball, cuisinière, roue de secours, psychologue, esclave, employée de pressing, bricoleuse, sympa, dispo et parfois même méchante quand l’honneur de vous beaux-enfants est en jeu !

beautiful-1039725_12804. Les enfants de votre compagnon sont toujours des saints irréprochables : il est clairement hors de question de critiquer vos beaux-enfants : JAMAIS ! Même quand l’un d’eux arrive ivre, quand ils sèment le bazar partout dans la maison, quand ils fument dans leur chambre la nuit, quand ils piquent la voiture de leur père et lui font perdre des points sur son permis, quand ils vous font des réflexions de m**** au sujet des repas parce que ça ne leur plaît pas, qu’ils oublient votre anniversaire, qu’ils se lèvent à 14h30 du matin et qu’ils râlent pour déjeuner MAINTENANT, ou qu’ils font pousser un pied de plante qui fait rire sur la terrasse ou sur le rebord de la fenêtre de leur chambre… La sainte c’est vous, mais personne ne le sait, à part vos copines ! Même si vous avez envie de les déglinguer parce que, vous vos gosses, ils vous fichent la paix sinon « tare ta gueule à la récrée » !

hare-1631435_12805. Aux yeux de votre compagnon, vos enfants ont les mêmes défauts que les siens ont pour vous, mais il ne le sait pas ! Et comme ses enfants sont des saints, il convient juste de lui rappeler que les vôtres aussi, et que c’est fou d’avoir autant de chance !

woman-987870_960_7206. Avoir des handicaps multiples : selon l’occasion, vous êtes sans voix (d’admiration ou d’agacement) mais sans voix. Sourde aussi parce que parfois il vaut mieux ne pas entendre ce que ses angelots nous disent, histoire de rester diplomate et de ne pas en scotcher un au mur. Et non voyante naturellement, afin d’être toujours étonnée quand votre chéri est énervé lorsqu’il qu’il vous dit : « Mais tu te rends compte de ce que c’est que cette plante sur la terrasse !!!! Et plus il me demandait de l’arroser ! Il exagère hein !» Oh my God ! Oui il exagère ! Il y a des claques qui se perdent, mais on sourit et disant un truc insipide genre : « Oooooooooooh ben dis doooooonc »… Même si ça fait 3 semaines que vous essayez de le guider sur cette piste parce que vous n’osez plus offrir l’apéro sur la fameuse terrasse de peur de finir enfermer dans une cellule de 2m2 au poste la Gendarmerie la plus proche !

portrait-2087088_1280

7. Renoncer à une vie indépendante, apaisée et sereine tant qu’il y a des enfants à vous ou pas, des ados ou de jeunes adultes dans les parages ! Ou alors il faut acheter une cahute aux fonds des bois sans connexion internet, sans téléphone et sans télé, mais là…. C’est vous qui mourrez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter
Inscrivez-vous à la Newsletter !
businessDiaries
carnet-carre
chroniques
portraits
reportages
ephemere-galerie
A propos de l’auteure
Adélaïde Friboulet Blogueuse et attachée de presse

Fille d’une infirmière et d’un artisan-expert judiciaire, puis chef d’entreprise à mon tour, j’ai décidé de quitter le nid familial pour voler de mes propres ailes. J’ai alors œuvré dans le 1er groupe de presse français pendant 15 années. La filiale dans laquelle je travaillais a fermé ses portes après plus de 40 ans d’existence. D’un malheur est né un rêve. Je me suis alors inscrite dans une célèbre école de journalisme. Et mon diplôme d’attachée de presse en poche… Me voici…

Vous allez découvrir que je suis spontanée, capricieuse, espiègle, malicieuse faut-il croire, rêveuse sûrement, contemplative absolument, timide beaucoup et agaçante semblerait-il, sans aucun doute, pour certains…

Ce sont assurément pour toutes ces raisons, qu’il vaut mieux que j’écrive, c’est encore là que je reste la plus mignonne… Quoique !

Contactez-moi !

error: Content is protected !!