Célibataire, to be or not to be

Publié le 17 novembre 2016 Catégorie : Chroniques

beautiful-1274361_1280Le célibat est un truc un peu chelou que nous vivons quand nous nous faisons plaquer, ou que nous quittons notre ex-moitié, et que nous n’arrivons pas à refaire notre vie. En tous les cas, être seule ne fait pas partie de notre éducation à nous les femmes. Il reste, socialement parlant, un accident de parcours. Homme ou femme, chacun le vit pourtant de la même façon. Tantôt paradisiaque, tantôt diabolique, il est subit, pour la plupart des cas, quoi qu’on en dise.

fitness-332278_1280En règle générale, en couple, nous rêvons d’un célibat idéal, et célibataires, nous rêvons de l’union parfaite ! La vie toute seule nous rend limite schizo !

Après avoir été mariées durant des années, les jeunes célibataires vivent toujours les débuts de leur nouvelle vie comme une liberté juste fantastique… Pendant quelques mois. Nous pouvons :

  • girl-97433_1280Grignoter des chips, vêtue d’un pyjama, allongée sur le canapé devant la télévision, dans une position étrange mais confortable
  • Traîner toute la journée dans une tenue super cool et pas sexy
  • Faire ce que nous voulons, quand nous voulons
  • Nous doucher à 17h pour aller acheter des sushis ou un Mc Do et avoir passer la journée coiffée comme la folle de Chaillot
  • Boire un verre avec les copines tous les soirs
  • Regarder le programme TV que nous choisissons NOUS
  • Parler pendant des heures avec notre meilleure amie au téléphone, le soir, en nous baladant pieds nus dans notre appartement, allant de pièces en pièces, en parlant fort si nous voulons sans recevoir de reproche
  • Travailler beaucoup…

bParlons-en d’ailleurs de travailler beaucoup… En même temps, nous n’avons personne qui nous attend. Alors quand nos amies ne sont plus disponibles pour boire un verre ou faire un resto et que le programme TV est nul, que nous faisons ? Ben, nous travaillons ! Donc souvent, les célibataires progressent vite professionnellement. Non pas parce que les femmes célibataires sont plus intelligentes ou plus professionnelles que les autres, mais parce qu’elles en ont marre de discuter avec leur chat le soir ! Et puis, il faut l’avouer, la solitude n’est pas une chose amusante.

Quand nous sommes seules, passé la trentaine, tous nos amis sont en couple, mariés avec des gosses. Et quand les gens sont mariés, soit ils dînent entre couples, soit ils essaient de vous caser (c’est à la fois cool car 1acréer des occasions de rencontres c’est sympa, mais les célibataires ne sont pas des asociaux incapables de se trouver quelqu’un !), soit ils n’osent pas nous inviter (de peur qu’une femme sans partenaire saute sur leur mari, qui forcément est un homme super attirant… Ou pas).

Et puis au bout de quelques mois, nous finissons par moins sortir car la célibataire dépense beaucoup d’argent. Elle n’a pas toujours les moyens de ses angoisses solitaires. Il faut :

  • beautiful-women-1806280_1280Avoir une silhouette parfaite (abonnement à la salle de sport)
  • Etre super jolie (esthéticienne et coiffeuse tous les mois)
  • Etre attirante (budget important fringues/lingerie/chaussures)
  • Avoir de la conversation (budget cinéma/livres/musique)
  • Faire des sorties pour rencontrer du monde, des hommes et ne pas être seule (budget colossal resto/cafés/concerts/sorties)
  • Avoir de bon abonnement internet (pour s’inscrire sur des sites pour les plus courageuses) et mobile (pour passer des heures à parler à des prétendants)
  • Et la vie seule est super chère (loyer, impôts, nourriture, etc…)

Du coup, pour assurer les budgets nécessaires à leur survie, les célibataires travaillent énormément ou vivent recluses ou interdites bancaires. CQFD.

girl-1733346_1280Sans compter que la célibataire est souvent de mauvaise foi et vire parfois no life. Qui n’a pas entendu une femme seule dire : « Noooon mais moi, je suis célibataire par choix ! ». Ah ouais ? Mon œil ! Si nous en avions la possibilité, ne serions-nous pas avec un beau gosse/belle gosse super adorable ? Nous préférerions vraiment rentrer toute seule dans notre appart parler à notre chat (Sic !) ? Faire des commentaires au présentateur d’une émission de télé réalité pour enfin avoir une conversation chez nous ? Dîner sur notre canapé avec un plateau-tv d’un vieux morceau de formage et d’un fruit blet parce que nous n’avons pas eu le temps de faire les courses ? Sommes-nous en sûres ? Parce que moi pas ! Ni Chéri-Chéri, ni Manon, ni Camille, ni Jeanne, ni Charles, ni Jules ! Toutes les célibataires tiennent pourtant toutes le même discours puis finalement, au bout de quelques mois, elles disent TOUTES que la solitude est pesante, sauf quand leur ex leur a vraiment pourri l’existence avant, et qu’elles supportent mieux la solitude que la médiocrité…

i-1329349_1280Certaines de mes amies, qui sont sincères, me disent que si elles pouvaient choisir, ça serait plus sympa d’avoir quelqu’un pour manger, rire, s’amuser, se disputer (au moins ça prouve que nous ne sommes pas seules) et surtout pour partager le quotidien, même si le quotidien tue parfois la magie amoureuse.

Mais soyons honnêtes ! Qui a envie d’attirer ces regards qui semblent condescendants que jettent les personnes en couple ? Qui ne cherche pas une moitié, même pour une soirée, ou juste pour partager un bon repas ou une franche rigolade ?

aSans compter que les dimanches sont des moments affreux de solitude, où rien ne se passe…  Sauf les célibataires organisées qui font toujours 3000 activités le week-end et qui font croire aux mariés que la vie quand nous sommes seules, c’est top ! Non, c’est juste pour lutter contre l’ennui ! D’ailleurs, pour la plupart, nous transformons cette journée en jour de ménage et/ou en journée « je larve autant que je peux », rapport à la quantité de travail que nous absorbons la semaine. Ainsi nous donnons l’impression que nous sommes des working girls insatiables de missions impossibles et de défis à relever… Heu… Comme les couples mariés sauf que nous, nous ne supportons pas une famille envahissante qui vient nous saouler pour nous faire faire absolument notre super gâteau au chocolat, que si nous avions su, nous ne l’aurions jamais fait, histoire d’avoir enfin la paix !

haystack-1343934_1280Au final, la solution idéale serait que les hommes libres ne se complaisent pas dans le même discours que nous, ni dans cette espèce de soif de liberté absolue et fébrile du mâle jouissant, lui aussi, de sa nouvelle liberté. Quand eux aussi en ont marre d’être seul, c’est juste l’espace d’un court moment, genre quand ils ont besoin d’un câlin ou d’une cigarette. Et nous savons que l’envie d’une cigarette dure moins de 8 secondes. Il faut dire que notre soif d’indépendance ne nous arrange pas, à ce niveau-là. En effet, les hommes d’aujourd’hui sont devenus des hommes autonomes, capables de se gérer tous seuls, de s’occuper de leurs enfants, de cuisiner, d’être élégant, de faire du sport, de lire, de sortir…. Tout ça, sans nous ! C’est extraordinaire dans un sens, depuis le beauty-1721069_1280temps que nous le voulions, mais dans l’autre, c’est absolument nul !

Moralité, il faut, soit rester avec eux malgré leurs horribles et agaçants défauts. Soit leur faire croire, dès qu’ils sont tout petit, qu’ils n’ont pas la capacité de se débrouiller tout seul, et qu’ils ne peuvent, en aucun cas, vivre sans nous, sans que nous perdions notre indépendance évidemment !

Oups ! C’est possible ?

6 réflexions sur « Célibataire, to be or not to be »

  1. L’être humain est paradoxal , il recherche la stabilité du couple mais aussi l’aventure pour casser la routine …difficile de tout concilier …nous sommes donc contraints à faire des choix plus ou moins douloureux ..Comme dit la chanson « .C’est quand le bonheur ??? »

  2. Excellemment bien vu !!!
    Je suis en plein dedans …
    Sauf que je ne traîne pas en tenue anti-glamour .
    Je me fais belle pour moi !
    Pour le reste …tout est juste .
    Je parle à mes 3 chats et j’ajoute …sans honte
    A mes plantes vertes …et elles aiment ça!
    Merci pour cette chronique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter

Vous avez aimé ce que vous avez lu ?
Abonnez-vous à ma newsletter mensuelle pour recevoir mes billets directement sur votre boîte mails !

Inscrivez-vous à la Newsletter !
chroniques
portraits
reportages
ephemere-galerie
A propos de l’auteure
Adélaïde Friboulet Blogueuse et attachée de presse

Fille d’une infirmière et d’un artisan-expert judiciaire, puis chef d’entreprise à mon tour, j’ai décidé de quitter le nid familial pour voler de mes propres ailes. J’ai alors œuvré dans le 1er groupe de presse français pendant 15 années. La filiale dans laquelle je travaillais a fermé ses portes après plus de 40 ans d’existence. D’un malheur est né un rêve. Je me suis alors inscrite dans une célèbre école de journalisme. Et mon diplôme d’attachée de presse en poche… Me voici…

Vous allez découvrir que je suis spontanée, capricieuse, espiègle, malicieuse faut-il croire, rêveuse sûrement, contemplative absolument, timide beaucoup et agaçante semblerait-il, sans aucun doute, pour certains…

Ce sont assurément pour toutes ces raisons, qu’il vaut mieux que j’écrive, c’est encore là que je reste la plus mignonne… Quoique !

Contactez-moi !

error: Content is protected !!