Wonder Woman is a bitch !

Publié le 7 octobre 2016 Catégorie : Chroniques

faded-1246630_960_720Soumise au diktat de la Wonder Woman comme beaucoup de femmes, je suis devenue une perpétuelle angoissée et une perfectionniste insatisfaite. A la recherche d’un idéal, j’ai essayé d’être une bonne fille, une merveilleuse sœur, une extraordinaire amie, une fabuleuse épouse belle, ultra féminine et intelligente, une incroyable maman présente et cool, et une détonante professionnelle hyperactive et compétitrice.

Résultat : j’étais très efficace dans certains domaines, moyenne voire exécrable dans d’autres. La multiplicité des perfections obligatoires dans la vie des femmes, nous rend parfois bonnes en rien, parfois nulles en tout, et dans tous les cas, certainement névrosées, hystériques souvent, psychorigides carrément, et chiantes assurément.

Au final, hyper émotive et hyper stressée, je me suis fait un trip psy pendant des années, fait les boutiques woman-594116_960_720avec frénésie selon mes angoisses, j’ai raconté mes secrets à ma sœur Manon et à mon frère Jules, demandé moult conseils à Jeanne, Camille et Charles mes meilleurs amis, et bien souvent, pleuré des rivières comme le chantait Viktor Lazlo.

Après quelques années à un rythme effréné pour réussir le challenge d’être excellente en tout, je me suis découvert de vrais problèmes :

  • Comment caler les rdv avec mon psy entre 6 rdv clients/jour et ceux imprévus que je ne pouvais absolument pas refuser et la paperasse du rentree-3-resolutionsbureau, les reporting journaliers et hebdomadaires, les débriefes avec le boss, les coups de fil quotidiens à Papa et Maman, les réunions commerciales, les formations pour être toujours au top, les déjeuners quotidiens avec les collègues et les copines, les trajets pour aller bosser et revenir, s’occuper de mon adorable gamin (mais comment avons-nous fait, son père et moi, pour qu’il soit si parfait ?), gérer les problèmes divers et variés de la vie de tous les jours (maison, courses, banque, assurances, impôts, et l’école/collège/lycée) et les disputes ou les incompréhensions avec nom mari ?
  • cat-596418_960_720Être mal en point et avoir des cernes de folie avec un teint cadavérique quand j’étais fatiguée et que je larvais sur le canapé, avec mon chat, tout le week-end pour récupérer. Que je grossissais parce que j’avais lâché mon coach sportif par manque de temps. Les conséquences de l’hyperactivité et de la fatigue ne se font pas attendre en général : sommeil de mauvaise qualité, genre (quand j’arrivais à dormir) me réveiller façon « cran d’arrêt » préoccupée par des trucs du style : avoir oublier le rendez-vous avec Monsieur Machin que j’avais eu au téléphone, classic-car-76423_960_720lorsque j’étais au volant de la Wonder Woman Mobile, et que je n’avais pas poussé le vice à le noter sur mon agenda qui était au fond de mon sac, par terre, côté passager. Que je mangeais mal, c’est-à-dire trop, qui plus est au resto, ou que je ne dînais pas parce que j’étais épuisée. Que mon teint était juste épouvantable même quand j’utilisais un fond de teint hors de prix, et que malgré le génie de ma coiffeuse, même ma nouvelle couleur géniale me laissait moche car il me fallait juste une frange qui arrive au menton pour cacher ma mine défaite !
  • Et qu’à un moment donné, elle nous emmerde clairement Wonder Woman qui, elle, est méga canon, super intelligente, hyper sexy, toujours bikini-885382_1280bien coiffée, et surtout elle réussit tout ce qu’elle fait ! Et là, inévitablement, je me suis créée des complexes car elle, elle fait tout bien, formidablement bien, et que je n’avais absolument aucune idée de comment elle faisait pour être si parfaite. Sérieusement, je me suis mise à penser qu’elle se droguait, que c’était inévitable ! Ou alors qu’elle était plusieurs femmes super douées dans la même personne en fait. C’était certainement ça ou quelque chose d’approchant. Ou encore, qu’elle était milliardaire et employait 12 personnes, en même temps, pour faire son travail et toutes ses corvées et autres servitudes !

flower-887443_1280Mais nous les femmes, nous en connaissons un rayon sur la douleur ! Après une poussée d’hormones chaotique à l’adolescence qui nous donne de jolies formes, un premier amour/mariage, et quelques enfants après ! Croyez-moi, la douleur, nous maîtrisons, et l’endurance aussi, ainsi que les humiliations en tout genre grâce à un égo qui s’est effrité au fil des années à cause des gosses, des mecs et des clients difficiles, et que nous ne pouvons pas garder sauf si nous voulons mourir d’une crise de rage !

« Et bien, il y en a marre ! »

01Nous disons stop ! Stop à la perfection, stop aux bras de Shiva qui nous poussent et que nous ne savons pas comment vêtir pour les cacher, et non à toutes ses exigences qui deviennent monstrueuses quand nous sommes éreintées. Manon aussi en a marre. Jules aussi. Jeanne aussi, pourtant si douce. Camille aussi, mais Camille c’est normal, c’est une rebelle, elle déglingue tout ce qui bouge plus vite que son ombre si on lui prend la tête ! Même Charles, ce grand séducteur devant l’éternel en a marre, archi marre !

Jules, lui, a les mêmes problèmes que nous les femmes, parce qu’il est homme au foyer. Lui aussi subi la pression que les femmes vivent, comme dad-1125002_1280tous les hommes divorcés ou séparés d’ailleurs. Bref tous ceux qui ont des gosses, un job, une famille, des amis, ont une pression sociale ! Oui les hommes, eux aussi, en ont marre d’être des Wonder Women ! Charles en a assez de devoir être beau pour pourvoir plaire à la gente féminine, d’être intelligent et viril, sportif et professionnel, brillant et charmant, critiqué parce qu’il prend le temps de muscler son corps, de sortir avec plein de femmes cela va de soi, car il est soumis, lui aussi, à l’effet Wonder Woman qui fait qu’il doit être au top, en permanence.

fashion-models-154934_960_720Le seul truc, c’est qu’il faut comprendre qu’on ne peut pas tout réussir. Du moins, pas tout réussir en même temps ! Il faut une juste mesure en tout ! Nous ne pouvons pas, malgré notre efficience, être des professionnelles hors paires et des mères au foyer en même temps, avec la même énergie. Nous ne pouvons pas être de jolies épouses ou compagnes mignonnes, et disponibles, quand nous devons avoir une poigne de fer dans le travail pour assumer nos responsabilités. Nous ne pouvons pas, non plus, être des mères exemplaires présentes à tous les conseils de classe, coudre les costumes qui vont bien pour les fêtes, se taper les anniversaires de tous les potes de nos gamins et aller à tous leurs matchs/spectacles etc… Quand nous travaillons entre 12 à 16h/jours alors que c’est déjà compliqué quand nous bossons 7h/jour environ ! Ni être une meilleure amie hyper dispo tout le temps, quand nous rêvons de tout envoyer valdinguer parce que nous avons nous aussi NOS emmerdes !

hair-hairstyle-1450050_960_720Bref, à la quarantaine bien souvent, nous en avons ras le bol et nous finissons par balancer une partie des trucs qui ne nous vont pas, ou plus, ou qui nous contrarie, par changer de mari, de boulot, d’envies… L’idée étant d’arriver à la fameuse perfection, que bien sûr nous n’atteindrons pas, car nous avons appris à être exigeante et à mettre la barre très haut !

femAlors comment faire pour rentrer des journées de 30 à 36 heures dans 24 heures ? Scientifiquement c’est impossible, mais nous les femmes, nous y arrivons parfois !

Ainsi comme l’écrivaient Anne-Sophie et Marie-Aldine Girard, « la femme parfaite est une connasse, guide de survie pour les femmes normales» (Excellent bouquin entre nous soit-dit) !

Nous revendiquons toutes le droit à :

  • La médiocrité
  • D’être négligée et de se laisser aller dans un survêt très moche (ok c’est exagéré et je ne le ferais pas, mais j’aime savoir que je peux de le faire sans être jugé)
  • D’être fatiguée, fainéante voire oisive
  • girl-1252999_960_720D’en avoir marre de sa moitié parce que même si nous l’aimons, nous avons besoin d’être tranquille et que nous ne sommes surtout pas sa mère !
  • D’être agacée par nos enfants, voire de les détester quand ils nous gonflent avec des trucs improbables. Même si nous les aimons, ils nous saoulent aussi !
  • De préférer un resto avec nos copines à un dîner romantique quand nous avons des confidences à se faire qui ne peuvent pas attendre, parce qu’un de nos grands plaisirs est de jacasser entre filles
  • De faire des erreurs dans notre travail ou de détester notre job
  • De haïr le sport et d’être flasque
  • D’être célibataire si nous ne trouvons pas notre prince charmant et de ne pas être critiquer, ou de ne pas être regarder comme un monstre de foire
  • D’être exigeante dans la sélection de la personne qui partagera notre vie, et de ce fait de mettre un peu de temps à orienter notre choix
  • De ne pas être une encyclopédie
  • woman-1619794_960_720De ne parler à personne si nous n’en avons pas envie, sans être obligé de s’expliquer
  • D’être de mauvaise humeur sans qu’on nous demande si nous avons nos règles, d’être chiante, agaçante, de bouder, d’être de mauvaise foi quand la situation nous échappe et d’être mesquine
  • D’avoir envie de casser la figure à un malotru ou à une femme de mauvaise vie qui tourne autour de notre homme, d’être jalouse et de ne pas avoir envie de prêter notre chéri et ce, sous aucun prétexte (ne pas croire celles qui prétendent le contraire)
  • De détester toutes les femmes plus belles que nous, de les dénigrer et d’avoir envie de les fustiger
  • D’être possessive avec nos copines
  • De ne pas se maquiller
  • De dire MERDE si nous en ressentons un besoin viscéral !

portrait-1579774_960_720

Et surtout, notre droit inaliénable est que nous pouvons être absolument NULLE si nous le souhaitons !

Moralité : Wonder Woman is a bitch, et surtout ELLE N’EXISTE PAS !

2 réflexions sur « Wonder Woman is a bitch ! »

  1. Ouh!!!!! ça fait sacrément du bien de se dire qu’on a le droit de ne pas être parfaite et qu’a à pas pour autant à subir les jugements de pierre Paul Jacques,c’est vrai que c’est frustrant quand on n’arrive pas à gérer sur tous les fronts et c’est surtout usant !!! jamais je ne me serais autorisée le droit de me laisser aller un peu à ma guise,penser un peu à moi,sans doute ma culpabilité trop présente mais je t’avoue sincèrement que ta chronique m’a fait un bien fou ! alors,je ne promets pas de pouvoir tout changer du tout au tout et de réussir à me laisser glisser vers moins d’exigences mais petit à petit,je vais essayer de m’autoriser déjà des petits moments rien que pour moi,sans me dire que je suis une mauvaise mère ou épouse !!! merci beaucoup pour ton aide😉😘

    1. Merci ma belle Vaness ! Moi aussi je lutte pour cesser d’être partout en même temps ! C’est absolument fou !
      Je me suis mis un objectif : une fois par semaine, je m’offre un merveilleux chocolat au lait et un cookie chez Magalie (Roule Mapoule), un pure moment de détente et sur de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de l’auteure

Fille d’un artisan-expert judiciaire, puis chef d’entreprise à mon tour, j’ai décidé de quitter le nid familial pour voler de mes propres ailes. J’ai alors œuvré dans le 1er groupe de presse français pendant 15 années. La filiale dans laquelle je travaillais a fermé ses portes après plus de 40 ans d’existence. D’un malheur est né un rêve. Je me suis alors inscrite dans une célèbre école de journalisme. Et mon diplôme d’attachée de presse en poche… Me voici…

Vous allez découvrir que je suis spontanée, capricieuse, espiègle, malicieuse faut-il croire, rêveuse sûrement, contemplative absolument, timide beaucoup et agaçante semblerait-il, sans aucun doute, pour certains…

Ce sont assurément pour toutes ces raisons, qu’il vaut mieux que j’écrive, c’est encore là que je reste la plus mignonne… Quoique !

Contactez-moi !

error: Content is protected !!