La Nouvelle-Zélande, mon Koh Lanta à moi !

Publié le 17 février 2017 Catégorie : Chroniques

Cape Reinga by Romain
Cape Reinga by Romain

J’ai déjà dû vous le dire, un de mes rêves est d’aller en Nouvelle-Zélande. Je veux dire adieu à mon père à Cape Reinga, tout au Nord de l’île Nord où se rencontrent l’océan Tasman et le pacifique. C’est à cet endroit que les Maoris accompagnent l’esprit de leurs défunts pour le dernier voyage. C’est important pour moi. Mais il est vrai que quand on me connaît, il est possible de douter que ce périple aura lieu, et pourtant… Je ne suis pas une aventurière tout terrain sauf, peut-être dans le centre-ville de La Rochelle où, chaussée de mes baskets, cadeau de Chéri-Chéri (qui m’a fait découvrir les baskets tout court), je suis capable d’être extrêmement endurante… Pendant les Soldes !

Lake Rotoiti by Romain
Lake Rotoiti by Romain

Nature sauvage et grandiose, mélange de cultures fascinantes, histoire, mysticisme, architecture, sport, farniente, écologie, la Nouvelle-Zélande rassemble tout. La seule et unique question, c’est « Comment » !

Le vol

C’est de l’autre côté du monde : 18 500 km et de 28 à 31h de vol ! Problème : j’ai peur de l’avion. Quand ça décolle, quand ça bouge, quand ça atterrit…. Je chouine, je pleure en crispant mes doigts dans les accoudoirs, ou dans les bras de mes voisins, c’est selon…

AvionJe me rappelle avoir été en Belgique avec Chéri-Chéri. La Rochelle-Charleroi pour aller à Bruxelles pour un week-end. J’ai eu la honte de ma vie.

Tout d’abord j’ai failli me battre à l’embarquement avec une harpie aux cheveux rêches (pour moi, c’est un crime de lèse-majesté). Elle a fouillé nos bagages (sécurité oblige, ça je peux encore le comprendre) et a décrété que mon tube de crème capillaire coiffante Oléo-curl de chez Kérastase tout neuf allait finir sa vie dans sa poubelle ! Il ne devait pas dépasser 100ml, alors que le mien en faisait 500. Devant mon visage outré qui commençait à s’empourprer, et mon langage fleuri, elle m’a proposé de retourner à ma voiture pour le déposer (impossible vu que nous nous étions fait accompagner, et que Avion 4notre chauffeur était reparti) ou encore d’acheter un bagage à mains pour le mettre dans la soute ! Je me suis énervée devant tant d’injustice, puis je fus ahurie en imaginant l’enfer que cela signifiait pour moi : passer un week-end en amoureux avec des cheveux hirsutes, frisés et indisciplinés DEVANT mon amoureux !!!!!!!!! Invectivant cette pauvre femme et fulminant de rage, je gesticulais quand Chéri-chéri m’a alors traîné par le bras jusqu’à la prochaine étape !

Mais le décollage m’a clairement calmé… J’avais Chéri-Chéri à droite qui s’amusait de la situation, et un gentil voyageur belge, à gauche, qui souriait et me faisait la causette pour m’encourager à rester digne… Une Avion 3petite turbulence m’avait arraché un mini cri par rapport à celui du décollage, cri que j’ai essayé d’enfouir au plus profond de moi et qui devait ressembler à Aaaaaaaaaaaaaaaaaaarp ! La dernière épreuve était l’atterrissage dont j’étais à peu près sûr de ne pas réchapper…

Tout s’est bien passé… J’ai survécu ! Pas de raison que je n’y arrive pas ! Ceci dit 31 h ça fait long hein ! Il paraît que ça fait mal aux jambes les petits espaces… Mais bon… Ca le vaut bien !

Avion 5Ensuite, j’ai consulté les tarifs 1ère classe d’Air France : 28 000€ environ l’aller. J’ai d’abord cru qu’il y avait une erreur sur le site, puis que ma vue me jouait des tours, pour me rendre à l’évidence que finalement la classe éco s’était pas si mal que ça, même pour 30h de vol après tout…. Il allait falloir que je prenne mon mal en patience… C’est quoi dans une vie 30h… Et pour un voyage pareil en plus ! Sinon, je pouvais envisager d’y aller dans une 50aine d’années avec un peu de chance.

La durée du voyage en Nouvelle-Zélande

Si loin, j’envisageais mal l’idée de partir 1 semaine. Il faut le temps d’organiser l’entreprise de Chéri-Chéri pour que tout se passe bien. Le blog, si je trouve des connections, pourra me suivre… Ainsi, nous partirons 5 semaines.

cat-323262_1280Cependant, il y a le reste de la logistique : qui va surveiller la maison pendant notre absence et s’occuper de mes bébés (mes 3 chats), car je serais obligée d’abandonner mes amours pendant 5 semaines… La petite dernière est si mignonne. Elle a encore besoin de sa maman tout au long de la journée. C’est-à-dire qu’elle a besoin de MOI !… Les enfants sont grands. Eux peuvent se gérer.

Le séjour

Milford Sounds
Milford Sounds

Vous avez vu le Seigneur des Anneaux ? Ben le beau fjord, c’est là-bas, et les Hobbits aussi ! Ceci dit, la nature est impétueuse : 15 000 tremblements de terre/an. Des montagnes, des volcans, le pacifique et la mer Tasman font le charme de ces 2 îles. Le truc, c’est que déjà j’ai peur des vagues sur la plage de Royan ou sur celle de Ronce les Bains que j’imagine style raz-de-marée, alors le Pacifique… Mais je ne peux pas renoncerai. Même si j’ai peur de tout, je dois surmonter mes angoisses… J’ai décidé que je gravirai des volcans parce que je ne suis pas une mauviette, Na !

La langue

Je ne parle que très peu anglais…. Je prends des cours quand j’ai un peu de temps pour savoir me débrouiller là-bas… Ma prof me trouve un peu stresser, l’idée étant d’arriver à dire :

  • AJ’ai une migraine
  • J’ai mangé un truc pas frais
  • C’est quoi ce truc bizarre dans mon assiette
  • Nous sommes en panne
  • Mon amoureux s’est cassé une jambe
  • Je veux parler à l’ambassadeur
  • Je veux rentrer chez moi, maintenant !

Le physique

Aujourd’hui j’ai la nette sensation d’un certain délabrement physique quand je tente un truc un peu sportif. Jeune, je pratiquais la musculation, la boxe anglaise, la natation, et le yoga ! Mais actuellement mon activité

Mont Tauhara by Louisa
Mont Tauhara by Louisa

physique est plutôt light. La remise en forme s’impose ! Trop fière de moi, j’ai recommencé le vélo d’appartement. 2,30mn suffisent à me faire suffoquer, mais j’ai bon espoir. Mon objectif, au printemps, est d’arriver à 30 mn quotidiennement…. Je vous dis ça parce que Chéri-Chéri lui veut faire du sport là-bas, beaucoup de sport. Il est sportif lui, pas moi. Il veut profiter d’être à l’autre bout du monde pour explorer tout ce qu’il peut. Moi je veux bien explorer… De loin… Pas plus de 2h/jour avec une sieste après, au moins égal à l’effort fourni. Mais lui c’est un dur…. Il peut tenir longtemps en crapahutant. Pas moi.

L’hébergement

Nous vivons dans une maison de 200 m2. Quand on se dispute, elle est vraiment trop petite ! Alors imaginez dans un camping-car pendant 5 semaines !!!!!!!!! Sans compter que je hais le camping, depuis toute petite. J’en ai beaucoup fait avec mes parents. Adolescente, mon cher père m’a south-africa-1889686_1280épargné cet enfer. Nous allions dans des hôtels confortables ou il louait des villas…. L’adaptation risque d’être violente. Mais pour visiter les 2 îles, être libre d’alterner les journées sportives et de farniente, aller où l’on veut et que ce soit de vraies vacances, car nous n’en prenons que très rarement, il va falloir que je sois courageuse. Pour tester et anticiper certaines problématiques, j’ai demandé à Chéri-Chéri de louer un camping-car pour un week-end d’abord, puis une semaine ensuite pour évaluer mes futures conditions de vie. Ça risque d’être un peu extrême tout de même, je pense…

Le fric

Mount Cook by Romain
Mount Cook by Romain

Bien sûr le nerf de la guerre, c’est l’argent. Pour financer un tel voyage à 2, il va falloir que je devienne un peu radine et que je réduise nos dépenses. Fini mes petites fringues super sympas, fini les resto à droite et à gauche. Fini, fini, fini… Si vous avez l’impression que je deviens pingre, c’est soit que je suis fauchée, soit que j’économise pour la Nouvelle-Zélande ! Au moins, vous le savez.

Expériences

Hobbiton by Louisa
Hobbiton by Louisa

Conclusion pour que cette expérience soit vivable, je vais devoir m’habituer au côté sportif de la découverte de ce fabuleux pays, et vivre avec le strict minimum, genre Koh Lanta. Quand je dis côté sportif, il faut que je sois en mesure de supporter des randonnées de 7h en milieu accidenté voire hostile. Je vais donc faire une expérience au printemps : vivre avec 7 tee-shirts et 2 jeans, sans parfum, peut-être sans ma crème de jour, sans ma crème capillaire, et avec des chaussures de randonnées.

Tauranga by Romain
Tauranga by Romain

Etant donné que Chéri-Chéri m’a prévenu qu’il n’était pas question de passer nos vacances dans les villes néo-zélandaises, il me reste à élaborer un plan pour survivre dans des conditions difficiles : vivre dans un petit camion en pleine montagne, dans des endroits isolés où il n’y a pas de village, pas de réseau, pas de magasins, et que des oiseaux et des otaries pour voisins, dans le meilleur des cas… Ce n’est pas gagné !

 

Merci à Romain et Louisa pour les photos de Nouvelle-Zélande !

8 réflexions sur « La Nouvelle-Zélande, mon Koh Lanta à moi ! »

  1. Bonjour,

    J’aime bcp cet article d’autant plus que la Nouvelle-Zélande est un de mes rêves et le restera probablement pour une partie des raisons ici indiquées…
    Cordialement

  2. C’est pas gagné, mais je crois qu’il y a bon espoir que tu y ailles avant une cinquantaine d’années… en tous les cas tu es motivée !
    😉

  3. la conclusion est parfaite… c’est pas gagné …
    mais tu es tellement motivée que tu vas y arriver et puis Chéri-chéri est un excellent guide…
    une excellente chronique, tu nous régales !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter

Vous avez aimé ce que vous avez lu ?
Abonnez-vous à ma newsletter mensuelle pour recevoir mes billets directement sur votre boîte mails !

Inscrivez-vous à la Newsletter !
chroniques
reportages
A propos de l’auteure
Adélaïde Friboulet Blogueuse et attachée de presse

Fille d’un artisan-expert judiciaire, puis chef d’entreprise à mon tour, j’ai décidé de quitter le nid familial pour voler de mes propres ailes. J’ai alors œuvré dans le 1er groupe de presse français pendant 15 années. La filiale dans laquelle je travaillais a fermé ses portes après plus de 40 ans d’existence. D’un malheur est né un rêve. Je me suis alors inscrite dans une célèbre école de journalisme. Et mon diplôme d’attachée de presse en poche… Me voici…

Vous allez découvrir que je suis spontanée, capricieuse, espiègle, malicieuse faut-il croire, rêveuse sûrement, contemplative absolument, timide beaucoup et agaçante semblerait-il, sans aucun doute, pour certains…

Ce sont assurément pour toutes ces raisons, qu’il vaut mieux que j’écrive, c’est encore là que je reste la plus mignonne… Quoique !

Contactez-moi !

error: Content is protected !!