Bridesmaids / invités : Le casse-tête du dress code !

Publié le 23 juillet 2018 - Chroniqueur : Stefany Doncieux
@Shutterstock

Nous avons toutes connu cela un jour, si vous avez eu la chance (ou pas !) d’être élue demoiselle d’honneur.

Un brainstorming incessant, des nuits blanches, des querelles de cours de récréation pour savoir qui de l’une ou de l’autre, portera telle ou telle couleur …. Ou telle ou telle forme … et patati et patata !

© Stocklib Darya Kisialiova
© Stocklib Darya Kisialiova

Bref, à mon grand désarrois, beaucoup de Bride to be imposent un dress code à leurs futures demoiselles d’honneur (j’ai tellement vu de jeunes femmes tourner cela en version cul-cul la praline que ça me sort par yeux !). Et pourtant, cela s’avère être une riche idée si celle-ci est bien pensée à la base, tant dans le domaine « artistique » (couleurs assorties au thème ou à l’ambiance voulue) que dans le domaine financier (elles ne sont pas là pour se ruiner non plus !).

 

© Stocklib dmvasilenko77
© Stocklib dmvasilenko77

Par conséquent, et ce, une fois que la future mariée a jeté son dévolu sur THE robe, et surtout lorsque le ton est donné en terme d’ambiance générale, les futures demoiselles d’honneur peuvent s’atteler à la tâche du « Qu’est-ce que je vais bien pouvoir me mettre ? ».

Comment s’y prendre ?

Misez sur des camaïeux de couleurs, pensez intelligemment. Sinon c’est le ridicule assuré et cela risque de faire un peu Wedding Circus !

© Stocklib Andrii Shevchuk
© Stocklib Andrii Shevchuk

Pensez également avec les morphologies de chacune. Car un modèle à peu près validé par les intéressées, n’aura pas le même tombé sur toutes. Évitons à tous prix le mode « rôti ficelé » ou le mode « perdue dans sa robe ». Si vous aimez toutes un style mais que vous êtes frileuse sur un des modèles, choisissez en un qui se rapproche du style désiré. Mais veillez surtout à bien accordé les couleurs.

© Stocklib Anastasiya Kostsina
© Stocklib Anastasiya Kostsina

Évitez le blanc, car comme chacun le sait, c’est la couleur réservée à la mariée. C’est bien souvent le risque à prendre et se retrouver assommée d’un coup de pelle par la mariée le jour j ! Mais une fois encore, chacune voit son mariage comme elle l’entend. Cela se voit beaucoup aux États-Unis. Toutes de blanc vêtues, il n’y a que certains détails, en plus sophistiqués et plus raffinés, qui sont réservés à la robe de la mariée, les demoiselles d’honneur quant à elles, se différent grâce aux accessoires et aux chaussures, mais dans une robe plus simple.

Quand vous trouvez la perle rare ?

Généralement, les futures mariées trouvent leur bonheur durant  les salons du mariage en fin d’année ou début d’année de leur mariage pour les retardataires.

© Stocklib Darya Kisialiova
© Stocklib Darya Kisialiova

Une fois la robe de la mariée achetée et essayée dans une ambiance de foliiiie (n’est-ce-pas Mesdames ?), ne tardez pas à chercher la vôtre. Car à partir du mois d’avril, les mariages commençant à se faire plus nombreux, vous aurez un peu plus de mal à trouver satisfaction auprès des revendeurs : les livraisons seront plus lentes et c’est la panique assurée si vous vous retrouvez avec une robe manquante à l’appel le jour J !

© Stocklib Igor Kardasov
© Stocklib Igor Kardasov

Idem si vous passez par un(e ) créateur(rice), prenez les délais qui s’imposent en terme de confection et de retouches.

Et surtout, surtout, pitié Mesdames, évitez au maximum des sites chinois dont la qualité de certains produits laisse à désirer !

Rédigé par : Stefany Doncieux

Newsletter
Inscrivez-vous à la Newsletter !
businessDiaries
carnet-carre
chroniques
portraits
reportages
ephemere-galerie
A propos de l’auteure
Adélaïde votre blogueuse préférée de Charente-Maritime !

Fille d’un artisan-expert judiciaire, puis chef d’entreprise à mon tour, j’ai décidé de quitter le nid familial pour voler de mes propres ailes. J’ai alors œuvré dans le 1er groupe de presse français pendant 15 années. La filiale dans laquelle je travaillais a fermé ses portes après plus de 40 ans d’existence. D’un malheur est né un rêve. Je me suis alors inscrite dans une célèbre école de journalisme. Et mon diplôme d’attachée de presse en poche… Me voici…

Vous allez découvrir que je suis spontanée, capricieuse, espiègle, malicieuse faut-il croire, rêveuse sûrement, contemplative absolument, timide beaucoup et agaçante semblerait-il, sans aucun doute, pour certains…

Ce sont assurément pour toutes ces raisons, qu’il vaut mieux que j’écrive, c’est encore là que je reste la plus mignonne… Quoique !

Contactez-moi !

error: Content is protected !!