Confidences de Sylvère-Henry Cissé, un grand journaliste sportif !

Publié le 5 juillet 2018 Catégorie : Portraits
2017-12-Engie Unesco-14 - Copie

Sylvère-Henry Cissé, le célèbre journaliste sportif de Canal + est charismatique, drôle, humble. Après avoir passé une journée ensemble, je peux vous assurer que ses qualités ne sont pas feintes. Et oui, les filles, pour vous détendre tout de suite, je vous précise que le beau gosse est un papa divorcé. Mais vous ne saurez pas si son cœur est pris car il ne répondra pas à d’autres questions sur sa vie privée, qu’il souhaite garder privé pour le coup.

Sylvère-Henry Cissé et les Guignols de l'Infos
Sylvère-Henry Cissé et les Guignols de l’Infos

Canal + fait partie du passé pour Sylvère-Henry. Après avoir présenté le sport pendant une dizaine d’années, il choisit une nouvelle vie. Un cycle se termine après avoir fait le tour de son métier. Une autre porte s’ouvre sur l’avenir grâce à la référence qu’il est devenu aujourd’hui. Aimant le contact et les relations humaines, vous pourrez profiter de son savoir-faire et de son impressionnant réseau, dans le cadre d’une communication d’influence. Si cette pratique est habituelle aux Etats-Unis, elle l’est moins en Europe. Bien sûr, derrière ce sourire à tomber, Sylvère-Henry est encore en avance sur son temps.

© Eugénie Martinez
© Eugénie Martinez

Si l’élégant journaliste a cette notoriété, ce n’est pas sans travail, sans volonté, sans curiosité. Direct et percutant, il n’a pas le cursus classique des grandes écoles de journalisme, mais il a croisé le chemin d’hommes incroyables qui ont été ses mentors. Il a travaillé avec certains, et s’est inspiré d’autres : Guy Philip, Jean Chouquet à Radio France, Rodolphe Belmer à Canal+, Eric Baptiste à R.F.I. et ses deux totems Roland Faure (le créateur de France Info, PDG de Radio France et membre du CSA) et Patrice Blanc-Francard (le fondateur de Disney Channel France et TV6, l’ancêtre de M6, Producteur, ancien directeur des programmes d’ARTE et Europe 1, auteur du dictionnaire amoureux du Jazz).

Pas évident me direz-vous lorsque l’on connaît un peu le monde de la presse d’aujourd’hui ? Et pourtant, à l’époque c’était possible !

Je vous raconte ?

Les années 70-80, c’est l’époque des radios pirates où la liberté exulte et bat son plein. Le monopole de la télédiffusion et de la radio date de la Libération en 45. Novembre 1981, Mitterrand fait des radios pirates, des radios libres. La bande FM explose !

En 1981, Sylvère fait un pari avec un ami. L’enjeu est excentrique : si Sylvère perd, il accepte d’animer une émission musique et cinéma dans la radio associative de son pote. Heureusement pour nous, il devient ensuite animateur radio à Lille en 1984 (premier contrat professionnel). C’est le début de son ascension. Il est repéré et signe avec de radios historiques. A Fun Radio, son travail consiste à faire de radios locales indépendantes, des stations Fun, jusqu’à occuper le poste de directeur des programmes de certaines stations. Puis c’est Radio France, Radio Bleue, France Inter et Radio France Internationale.

Sylvère-Henry Cissé et Pape Diouf
Sylvère-Henry Cissé et Pape Diouf

La télévision le courtise, et lui ouvre les bras. Et comme pour la radio, le brillant Sylvère-Henry Cissé, s’offre le luxe de s’associer avec de grands groupes tels que Disney Channel qu’il implante en France avec quelques amis. France Télévisions, M6, RFO, TV5, CFI (une chaîne de télévision généraliste africaine) ont la chance, à un moment donné, de le compter parmi le fleuron de leurs animateurs et journalistes. Sa carrière se dessine.

2006, égal à lui-même, c’est l’aventure Canal + qui débute et qu’il quitte un an après pour collaborer avec Karine Le Marchand sur France 2 dans l’émission « Tabou ». Cette femme intègre marque son expérience professionnelle. Il aime œuvrer avec elle, car elle est exigeante et apprécie le travail bien fait.

Extrait de « Tabou » de France 2

Ensuite, c’est dans l’émission « Les Maternelles » sur France 5 qu’il officie.

Extrait des « Maternelles » de France 5

Pourquoi en rester là ? Sylvère-Henry Cissé revient à Canal +, en 2009, avec une chronique « Sport » dans « La matinale » avec successivement avec Maïtena Biraben à la barre dont il dit : « J’ai découvert à cette occasion celle qui est pour moi la meilleure présentatrice de magazine, hommes et femmes confondus. Tous les matins j’avais l’impression d’être assis dans une Rolls avec Maitena. Elle a un talent fou », puis avec Ariane Massenet.

Extrait de « la Matinale » de Canal +

Toujours plus haut, toujours fort, s’enchaînent « Infos Sport + » et « Canal + Sport » jusqu’à l’année dernière en juillet 2017.

Extrait d’« Infos Sport + » de Canal +

Mais Sylvère n’attire pas que la lumière des projecteurs. Des écoles de journalisme réputées lui font des appels du pieds pour enseigner à la nouvelle génération de journalistes qui arrive. Curieux et détestant la routine, il accepte. Reconnaissance d’un milieu élitiste qui valorise son impressionnant parcours et ses nombreuses compétences.

@Harcourt
@Harcourt

Sylvère est vigilant quant à l’avenir de la profession et attire l’attention de ses étudiants. Internet change le monde de l’écriture. Celui de la presse écrite dans les journaux et les magazines notamment. Les places sont rares. La concurrence est rude. Les nouveaux journalistes doivent être conscients de cet état de fait.

Les mentalités évoluent aussi. Le journalisme ne projette plus la même image que dans les 50 dernières années. Sylvère me confie que « Dans certains repas des invités cassent la profession de journaliste, jusqu’à ce que je leur dise que c’est ce que je suis… ». Propos que développent bien Alexandre Coste dans un billet dans Marianne en avril 2012.

Son enseignement ne s’arrête pas au secteur de la communication. Il accompagne aussi des chefs d’entreprise et des dirigeants, qui ne connaissent pas les relations presse et qui ont besoin d’être guidé.

« Je n’enseigne pas aux dirigeants, je transmets mon savoir. Les étudiants sont de la matière brute. Les chefs d’entreprise ont de l’expérience, c’est plus délicat. »

Sylvère-Henry Cissé et Zinédine Zidane
Sylvère-Henry Cissé et Zinédine Zidane

Sylvère a cependant conscience qu’il peut encore être utile même s’il a choisi de le faire différemment. Le sport reste l’une de ses passions d’où ses 10 années en tant que journaliste sportif. Bien lui en a pris, car il côtoie aujourd’hui les plus grands sportifs dans toutes les disciplines et les connaît bien.

Je ne peux pas résister à ma curiosité. Alors je profite de pouvoir discuter avec lui, pour en savoir un peu plus sur quelques noms qui m’intriguent :

« Les Chroniques d’Adélaïde : Sylvère, tu peux me donner un adjectif qui selon toi correspond à ces 10 sportifs français :

Sylvère-Henry Cissé: Bien sûr !

  • Christian Karembeu (Foot) : un sage
  • Zinédine Zidane (Foot) : magnétique
  • Jackson Richardson (Handball) : un génie
  • Nikola Karabatic (Handball) : un roc
  • Teddy Riner (Judo) : l’indestructible
  • Tony parker (Basket) : l’un des 4 fantastiques
  • Sébastien Chabal (Rugby) : le druide
  • Camille Lacourt (Natation) : l’insubmersible
  • Paul Pogba (Foot) : le génie incompris
  • Killian M’Bappé (Foot) : réjouissant

LCA : Tant qu’à faire, quel est ton pronostic pour la demi-finale de la Coupe du Monde de Football cette année ?

Sylvère- Henry : Hum… France/Brésil

LCA : Et pour la finale ?

Sylvère- Henry : France/Croatie

LCA : Le vainqueur ?

Sylvère-Henri : (Rire) Pour le cœur, par raison aussi…. La France !

LCA : Quel joueur de l’équipe de France sortira du lot après la coupe du monde ?

Sylvère-Henry : Killian M’Bappé ! »

@Harcourt
@Harcourt

 

La sérénité et l’assurance que dégagent Sylvère-Henry Cissé est frappante. Son amour des relations humaines et le partage qu’il fait de ce qu’il est, de ce qu’il sait, n’est pas sans me rappeler ce que disait l’illustre Churchill : « On vit de ce que l’on obtient. On construit de ce que l’on donne ».

 

 

Pour terminer cette rencontre et m’amuser un peu, j’ai demandé à mon invité de se soumettre au rituel du blog.

Au choix, le questionnaire de Proust :

Proust, encore adolescent, avait répondu à 35 questions du célèbre jeu anglais à la mode au XIXème : « Confessions ». Le voici remis au goût du jour avec moins de questions et revisité, pour découvrir tes goûts, tes aspirations et peut-être tes secrets. Tu as le choix entre 3 questionnaires. Celui de ton choix sera publié tel que tu y réponds :

Sylvère-Henri Cissé
Sylvère-Henri Cissé
  1. La vertu que je préfère… Les vertus intellectuelles 
  2. Ce que j’apprécie le plus chez mes amis (ies)… La fidélité et l’indulgence
  3. La qualité que je voudrais avoir… Posséder la force des chevaliers Jedi
  4. Mon principal défaut… La procrastination
  5. Le bonheur c’est… Des petits et grands riens de la vie…
  6. Le plus grand malheur qui pourrait m’arriver, c’est… Perdre mon enfant de mon vivant.
  7. L’application que je préfère… Spotify
  8. Mes écrivains favoris… Omar Khayyam, Annie Ernaux, Stefan Zweig, Eric Vuillard, Amin Maalouf, etc.
  9. Mes sites/blogs préférés… Le Monde, l’Equipe, Le parisien, etc. Des sites d’infos
  10. Mes héros/héroïnes dans la vie réelle… Mandela, mon père, ma mère.
  11. Mon personnage historique préféré… Omar Khayyam, Churchill
  12. Ce que je déteste par-dessus tout… L’injustice et la haine
  13. Si j’avais un pouvoir Marvel, ce serait… Celui de Black Panther
  14. Les fautes qui m’inspirent le plus d’indulgence… Pfffffffffffff, je sais pas 
  15. Ma devise, c’est… Le goût des mets, le refus des mais, l’envie d’aimer. Toujours ne quête des 4B : le bon, le bien, le beau et le bonheur.

Et/ou le questionnaire Ange ou Démon :

  1. Mon pire défaut : J’aime pas la question.
  2. La qualité que je ne voudrais surtout pas avoir : J’aime pas la question.
  3. Blonde ou brune ? Brune
  4. Plutôt sado ou plutôt maso ? Aucun des deux
  5. Mon vice préféré : Addict à la Saga Star Wars dont je suis un exégète.
  6. Cigale ou fourmi ? Cigale
  7. Plutôt ange ou plutôt démon ? Ange 
  8. J’ai déjà menti à mes parents… Ben oui, comme tout le monde.
  9. Mer ou montagne ? Les deux
  10. En solo ou en duo ? Pour quoi ?
  11. Le rêve le plus fou que je n’ai pas encore réalisé, c’est… Le prochain
  12. Ma course préférée : sprint, marathon ou trail… Sprint tous les 4 ans : finale des J.O.
  13. Je préfère être perfide, naïf ou belliqueux : Si je dis les 3 en même temps, vous ne me croirez pas .
  14. Sylvère-Henry Cissé
    Sylvère-Henry Cissé

    Le site/blog/application que j’aime le moins, c’est… Aucune idée, je n’utilise que les bons.

  15. Ma devise, c’est… Le goût des mets, le refus des mais, l’envie d’aimer. Toujours ne quête des 4B : le bon, le bien, le beau et le bonheur.

 

Un grand merci à Sylvère-Henry Cissé pour cette interview !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter
Inscrivez-vous à la Newsletter !
businessDiaries
carnet-carre
chroniques
portraits
reportages
ephemere-galerie
A propos de l’auteure
Adélaïde votre blogueuse préférée de Charente-Maritime !

Fille d’un artisan-expert judiciaire, puis chef d’entreprise à mon tour, j’ai décidé de quitter le nid familial pour voler de mes propres ailes. J’ai alors œuvré dans le 1er groupe de presse français pendant 15 années. La filiale dans laquelle je travaillais a fermé ses portes après plus de 40 ans d’existence. D’un malheur est né un rêve. Je me suis alors inscrite dans une célèbre école de journalisme. Et mon diplôme d’attachée de presse en poche… Me voici…

Vous allez découvrir que je suis spontanée, capricieuse, espiègle, malicieuse faut-il croire, rêveuse sûrement, contemplative absolument, timide beaucoup et agaçante semblerait-il, sans aucun doute, pour certains…

Ce sont assurément pour toutes ces raisons, qu’il vaut mieux que j’écrive, c’est encore là que je reste la plus mignonne… Quoique !

Contactez-moi !