Sylvain Dumesnil

Artiste Peintre

Publié le 12 juin 2017 Catégorie : Ephémère galerie

L'artiste



Oeuvre à la une

11 Revolution

Article Éphémère Galerie

Jazz, Soul, Hip Hop, Rap… Autant de musiques noires américaines qui font la culture de Sylvain Dumesnil qui a grandi dans une citée en banlieue parisienne dans les années 70-80. Culture noire, sensibilité noire, Sylvain est directement inspiré par le Negro Spiritual, cette musique sacrée née chez les esclaves noirs rebelles du XIXème siècle aux Etats-Unis.

 

Sa peinture vous parlera de leur histoire, de sa vision de la Nouvelle-Orléans, de la douleur, des larmes et du sang de ce peuple fier luttant pour sa liberté, de ses messages d’espoir que représentaient leurs chants et leurs danses, de ce cri de ralliement qu’a toujours été la musique au-delà des frontières et des cultures. Puis il y a cette identité qu’il tente de dévoiler, celle connue de tous, et celle plus secrète, d’âmes tourmentées de n’être pas reconnues pour ce qu’elles étaient.

 

Ses œuvres me font penser à celles de Thomas Hart Benton matinées d’effets urbains. Ses toiles sont faites de peintures certes, mais aussi de collage de morceaux de journaux. Les portraits et les scènes, qu’il peint le sont avec la passion qui l’anime jour après jour. Alors les corps prennent vie, les femmes deviennent lascives et magnifiques, les hommes ardents, les chants s’entendent, les rythmes et les mouvements se devinent, les silences prennent vie…

 

Le voyage qu’il nous propose nous rappelle combien la souffrance et le bonheur peuvent être intimement liés dans l’histoire, comme dans nos vies, mais que la beauté et la volonté dépend aussi de notre regard. C’est pour cela que j’aime ses toiles. Non pas pour ce qu’elles ont réveillé en moi, mais pour la reconnaissance d’un art révélant ce que la négritude a de plus beau : sa culture.

 

Négritude : Définition du Larousse 

Ensemble de valeurs culturelles et spirituelles revendiquées par des Noirs comme leur étant propres ; prise de conscience de l’appartenance à cette culture spécifique. (Le terme de « négritude » est apparu peu avant 1935 sous la plume de Léopold Sédar Senghor, d’Aimé Césaire et d’Alioune Diop.)

 

La note Soul !

Newsletter

Vous avez aimé ce que vous avez lu ?
Abonnez-vous à ma newsletter mensuelle pour recevoir mes billets directement sur votre boîte mails !

Inscrivez-vous à la Newsletter !

A propos de l’auteure

Fille d’un artisan-expert judiciaire, puis chef d’entreprise à mon tour, j’ai décidé de quitter le nid familial pour voler de mes propres ailes. J’ai alors œuvré dans le 1er groupe de presse français pendant 15 années. La filiale dans laquelle je travaillais a fermé ses portes après plus de 40 ans d’existence. D’un malheur est né un rêve. Je me suis alors inscrite dans une célèbre école de journalisme. Et mon diplôme d’attachée de presse en poche… Me voici…

Vous allez découvrir que je suis spontanée, capricieuse, espiègle, malicieuse faut-il croire, rêveuse sûrement, contemplative absolument, timide beaucoup et agaçante semblerait-il, sans aucun doute, pour certains…

Ce sont assurément pour toutes ces raisons, qu’il vaut mieux que j’écrive, c’est encore là que je reste la plus mignonne… Quoique !

Contactez-moi !

error: Content is protected !!