Travailler en Nouvelle-Zélande pendant mon voyage

Publié le 5 décembre 2019 - Chroniqueur : Romain le globe-trotteur
@Buisson Romain

Expatrié depuis 10 années, je vis là où le vent me porte. J’ai voyagé et vécu en Europe, Océanie, Amériques, Asie… A chaque fois que je suis resté un peu dans un pays, j’ai travaillé. En plus de pouvoir vivre, travailler vous permet de mieux vous immerger dans la culture d’un pays et de bien apprendre une langue. J’ai découvert différents domaines, mais celui où j’ai bossé le plus longtemps, c’est dans le tourisme. En même temps, il faut dire que j’aurais du mal à revenir me baser en France. Aujourd’hui, je vis en Espagne avec ma compagne. Nous nous sommes rencontrés en Australie et avons vécu trois ans en Nouvelle-Zélande.

Ma destination ?

 

@Buisson Romain
@Buisson Romain

 

La Nouvelle-Zélande ! Le pays de Frodo et de l’anneau, celui des moutons et des plages de sable noir !

 

Pourquoi la Nouvelle-Zélande ?

Après avoir passé deux ans en Australie en WHV (Working Holiday Visa) et sept mois en Asie, ce n’était pas notre projet de passer par la Nouvelle-Zélande. L’objectif était de travailler à Singapour pendant un an. La réalité fut tout autre. A Singap, il fallait parler anglais/mandarin couramment (chose pas prévue au programme). La plupart des jobs était pour les résidents singapouriens… Après trois semaines sur place, une évidence s’imposait : il nous fallait choisir une nouvelle destination !

@Buisson Romain
@Buisson Romain

Quand je vivais en Australie, j’étais parti faire un road trip seul pendant trois semaines sur l’île sud de la Nouvelle Zélande. Ce pays m’avait enchanté. Je m’étais promis de revenir faire l’île nord. Pouvant toujours profiter d’un WHV (PVT en France, programme Vances Travail) en Nouvelle-Zélande, notre décision a vite été prise ! Après deux ans et demi d’absence en Europe, nous sommes rentrés pour les fêtes de fin d’année et le 17 février 2012 nous étions on the road again !

Pendant combien de temps ?

 

@Buisson Romain
@Buisson Romain

Notre WHV nous permettait de rester un an mais on était bien décidé à rester plus longtemps ! Et c’est trois années que nous sommes restés finalement en Nouvelle-Zélande ! Un WHV d’abord, puis un Work visa et enfin le St Graal : le Full Resident Visa (carte de séjour à vie), ce qui nous permet de revenir dans ce pays quand on veut et d’y travailler/vivre/acheter une maison etc…

Quels jobs là-bas ?

 

@Buisson Romain
@Buisson Romain

En Australie, pendant deux ans, j’avais enchaîné les petits boulots. Une chose était sûre : je ne voulais plus faire ça ! A 28 ans, je ne savais toujours pas vers quoi m’orienter dans la vie… J’ai commencé par un boulot dans un supermarché. J’avais fait ça en Australie, et puis j’ai été serveur dans un restaurant huppé de Auckland (l’un des cinq plus chers du pays…).

Après trois mois de petits jobs, j’ai décidé d’essayer de travailler dans le tourisme… J’avais fait des études de commerce et j’adorais voyager… Quoi de mieux, autant allier les deux ! Alors j’ai postulé pour être travel agent (agent de voyages) sur Auckland chez THL, la plus grosse compagnie de tourisme en Océanie ! J’ai passé trois entretiens. J’ai été franc (pas de diplôme dans le tourisme et pas d’expérience antérieure dans ce secteur) et… J’ai été sélectionné !!!

Comment j’ai postulé ?

 

@Buisson Romain
@Buisson Romain

Sur internet, une offre d’emploi d’une grosse boîte expliquait qu’ils étaient à la recherche de personnes parlant allemand/français ou espagnol… J’ai immédiatement postulé. Lors du premier entretien, ils m’ont précisé qu’ils souhaitaient quelqu’un parlant français/anglais couramment, qui connaissait bien l’Australie et la Nouvelle-Zélande… Ce poste de rêve était fait pour moi ! On a beaucoup parlé voyage et très peu du boulot ! L’équipe était très sympa. Ils privilégiaient un profil dynamique et voyageur. J’ai obtenu une période d’essai de trois mois. Finalement, je suis resté deux ans dans cette compagnie.

 

Points négatifs !

 

@Buisson Romain
@Buisson Romain

Une pression constante fait partie de ce type de job puis la rémunération était composée d’un fixe et de commissions. Le principe, c’est plus on vend, plus on gagne d’argent ! Sur le papier c’est intéressant, et ça l’est, mais cela impact forcément l’ambiance. A la fin ce n’était plus top. L’équipe se tirait dans les pattes. C’est une des raisons qui m’a poussé à partir.

 

@Buisson Romain
@Buisson Romain

Sur le pays en lui-même, il y a deux ou trois petites choses qui ne sont pas géniales. La nourriture est chère et, pour bien manger dans un restaurant sur Auckland par exemple, la facture peut vite monter… Le manque de culture/musées est un problème à mon sens. Les deux plus grands musées de Nouvelle-Zélande sont à Auckland et Wellington. En dehors de ça, c’est plutôt limite.

 

Points positifs ?

 

@Buisson Romain
@Buisson Romain

THL est spécialisée dans la location de camping-car (campervans)/voitures en Australie, Nouvelle-Zélande, États Unis et en Afrique du sud. J’ai donc pu voir l’envers du décor : comment faire les réservations, la disponibilité des véhicules, la gestion des périodes creuses ou d’affluence, des vols des clients, des retards, des flux passagers/véhicules, etc… C’est une immense expérience qui m’a permis de voir et de comprendre comment le secteur du tourisme fonctionne et que je compare à l’activité d’un aéroport. C’est la même chose !

 

@Buisson Romain
@Buisson Romain

D’un point de vue personnel, j’ai appris à être 100% autonome dans un boulot avec des objectifs de vente. On pouvait utiliser tous les moyens en notre pouvoir pour vendre (réduction/discount/matériel en plus etc..). J’étais complètement libre. De plus, il y avait une partie vente mais aussi de conseils (combien de temps ai-je entre Perth et Sydney, quels sont les choses à voir, etc..).

Enfin, je travaillais 10h/jour mais 4 jours/semaine, donc le rythme de travail est différent et au final il est beaucoup plus agréable.

Qu’ai-je retenu de ce pays ?

 

@Buisson Romain
@Buisson Romain

La Nouvelle Zélande et Auckland ont la réputation de faire partie des endroits dans le monde où il fait bon vivre… C’est vrai !

Ce pays est magnifique. Les paysages changent du tout au tout en moins d’une centaine de kilomètres. Les gens sont très gentils. Les maoris sont un peuple très intéressant, intégré dans la population locale. Leur héritage est très présent dans la vie quotidienne Néo-Zélandaise.

 

@Buisson Romain
@Buisson Romain

De plus, la Nouvelle-Zélande est aussi un super endroit pour explorer les îles du Pacifique à trois ou quatre heures d’avion d’Auckland de manière pratique et abordable. Par exemple, on avait passé deux semaines aux Iles Samoa pour 300$ A/R.

 

@Buisson Romain
@Buisson Romain

Bref, ce pays a conquis le cœur de nombreuses personnes, moi y compris, et cela se justifie très largement. Je suis très reconnaissant à ce pays de m’avoir donné une chance et d’avoir eu la résidence néo-zélandaise !

 

Bons plans pour celles et ceux qui veulent se lancer !

 

@Buisson Romain
@Buisson Romain

Je leur dirais que la Nouvelle-Zélande n’est pas l’Australie (idée reçue assez répandue). C’est comme si on comparait la Belgique et la France !
C’est un pays qui vaut la peine d’être vu et de vivre l’expérience kiwi sans aucun doute!

 

@Buisson Romain
@Buisson Romain

A ceux qui partent en visa WHV, un an ça passe très très vite ! Essayez de vous organiser un peu avant, surtout au niveau des saisons (Hémisphère sud). Si vous voulez réussir votre road trip, repérez les endroits où vous pouvez faire du travail en ferme. Le bénévolat marche très bien en Nouvelle-Zélande ! Couchsurfing/woofing/workaway/help x sont autant de moyens de vivre une expérience unique dans ce pays et de rencontrer les locaux.

 

@Buisson Romain
@Buisson Romain

 

N’attendez plus ! Le pays du bout du monde vous attend !

Newsletter
Inscrivez-vous à la Newsletter !
businessDiaries
carnet-carre
chroniques
portraits
reportages
ephemere-galerie
A propos de l’auteure
Adélaïde Friboulet Blogueuse et attachée de presse

Fille d’une infirmière et d’un artisan-expert judiciaire, puis chef d’entreprise à mon tour, j’ai décidé de quitter le nid familial pour voler de mes propres ailes. J’ai alors œuvré dans le 1er groupe de presse français pendant 15 années. La filiale dans laquelle je travaillais a fermé ses portes après plus de 40 ans d’existence. D’un malheur est né un rêve. Je me suis alors inscrite dans une célèbre école de journalisme. Et mon diplôme d’attachée de presse en poche… Me voici…

Vous allez découvrir que je suis spontanée, capricieuse, espiègle, malicieuse faut-il croire, rêveuse sûrement, contemplative absolument, timide beaucoup et agaçante semblerait-il, sans aucun doute, pour certains…

Ce sont assurément pour toutes ces raisons, qu’il vaut mieux que j’écrive, c’est encore là que je reste la plus mignonne… Quoique !

Contactez-moi !

error: Content is protected !!