Reconversion professionnelle vers les métiers du Bien-Etre : Un choix qui doit garder du sens

Publié le 15 février 2019 - Chroniqueur :
© Stocklib  subbotina

Souvent décidée à la suite d’un événement déclencheur ou d’une remise en question personnelle, la reconversion professionnelle est d’abord un travail d’introspection, une expérience de conversion de soi. L’occasion de faire le point sur la personne que l’on est et celle que l’on veut devenir ou ne plus être.

Aujourd’hui, la quête d’une autre vision du travail ou la recherche d’un emploi plus épanouissant ou gratifiant n’est plus une démarche aussi marginale que par le passé.

Regardez autour de vous !

Les tentatives de reconversion se multiplient et la reconversion professionnelle volontaire prend de plus en plus de place dans l’espace social.

Pourtant, beaucoup ont encore une vision simpliste de la reconversion professionnelle et cela minimise leur chance de réussite.

La reconversion, c’est quoi ?

© Stocklib Wavebreak Media Ltd
© Stocklib Wavebreak Media Ltd

La reconversion ne se résume pas à un changement d’orientation professionnelle, elle est une bifurcation de sa propre vie. Elle est une expérience intime d’une «conversation avec soi» ou «conversion de soi». Souvent, le fruit d’une gestation et d’un accouchement difficile et long de son SOI renouvelé. Processus long au cours duquel l’individu devient acteur de sa biographie et opère un tournant dans sa trajectoire pour SE réaliser et développer « sa vocation ».

© Stocklib Aliaksei Kaponia
© Stocklib Aliaksei Kaponia

Mais la reconversion professionnelle, c’est aussi, l’occasion séduisante d’être autonome, indépendant, « libre ». Se mettre à son compte, cette liberté entrepreneuriale qui s’accompagne de nombreuses responsabilités, devient parfois presque la solution face à la difficulté pour trouver un emploi, mais aussi à l’envie de changer de rythme de vie ou de trouver du sens dans son travail. Il s’agit là des raisons principales qui peuvent pousser un salarié ou un demandeur d’emploi à démarrer une nouvelle activité.

Pourquoi cet engouement ?

Les métiers du Bien-être attirent, de ce fait, de plus en plus, et en l’occurrence certains métiers comme Sophrologue, Naturopathe ou Réflexologue.

L’aspect bien-être, douceur – dans un monde professionnel de plus en plus rude – et l’apprentissage des techniques qui semblent accessibles à tous, sont indéniablement l’explication à cet engouement.

© Stocklib goodluz
© Stocklib goodluz

Ce flux est également alimenté par les bilans de compétences qui détectent en vous certaines qualités sociales et orientent à tour de bras sur ces métiers émergents, sans pousser plus avant leur analyse. Il arrive, fort heureusement, que le projet de reconversion soit, pour certains, réellement mûri depuis longtemps, mais, pour d’autres, les choses sont plus nuancées. Les raisons invoquées sont alors souvent : «j’aime les techniques de bien-être» ou « j’aime la réflexologie ou toucher les pieds » – mais cela ne suffit pas pour en faire un métier (commentaires souvent entendus ou écrit lors de la recherche de renseignements ou de formations).

Le choix d’orientation ?

Choisir de s’orienter vers les métiers du Bien-être comme la réflexologie et la relation d’aide, c’est prendre très tôt conscience que c’est une véritable profession qui exige une posture responsable. Il ne serait pas professionnel de choisir ces métiers comme alibi ou prétexte pour faire «sa propre thérapie».

© Stocklib Peter Bernik
© Stocklib Peter Bernik

Dans certains cas, ce manque de réflexion sur Soi, ce défaut de construction de projet professionnel sont à l’origine des échecs à l’installation et à la pérennisation de l’activité.

Les métiers du Bien-être quels qu’ils soient sont émergents. Ils suscitent une grande curiosité et attirent de nombreuses personnes en quête d’épanouissement au niveau professionnel. Or, comme dans tous métiers émergents, les choses se compliquent très vite, notamment lorsqu’il s’agit de produire des revenus suffisants pour vivre de son activité.

© Stocklib Asawin klabma
© Stocklib Asawin klabma

Certaines formations proposent un réel cursus avec un module spécifique balayant sur 5 à 6 jours la posture entrepreneuriale, alors que d’autres n’y consacre que 2h. Toutefois, les statistiques indiquent clairement que la situation est compliquée pour un grand nombre d’entrepreneurs, qui abandonnent leur projet au bout de quelques mois ou vivent en grande précarité. D’autres limitent les dégâts, car le/la conjoint(e)assume les charges du foyer ou parce qu’ils poursuivent leur métier de salarié.

Que se passe-t-il dans les faits, indépendamment du type d’activité, du type de produits ou des services proposés ?

© Stocklib brainsil
© Stocklib brainsil

Certains Syndicats Professionnels, Fédérations ou autres structures d’accompagnement, suivent, depuis quelques temps ces Professionnels d’un nouveau genre, qu’ils soient en démarches, des professionnels installés, non-installés ou tout juste sortis de formation. Ces entretiens, ces rencontres ont permis de prendre conscience de la situation de nombreux entrepreneurs qui se lancent dans l’aventure sans savoir dans quoi ils s’engagent.

Nouveau projet, nouvelle vie …

© Stocklib goodluz
© Stocklib goodluz

Même si un nouveau projet de vie est une expérience séduisante à vivre, surtout dans le bien-être, il est important de prendre le temps de réfléchir en amont, afin de prendre les bonnes décisions dès le départ. Par exemple, de rencontrer de véritables professionnels dans l’accompagnement, comme des Cabinets Conseils ou des Centres de Gestion, afin d’établir les bases et les objectifs du projet, d’approfondir la faisabilité par une étude de marché, un business plan…Vous aurez ainsi une ligne directrice et un cadre qui vous permettront d’assurer plus rapidement des revenus satisfaisants, tout en limitant les risques d’échecs.

Il est, parfois, nécessaire d’effectuer « un suivi personnel ou une thérapie » en parallèle, même durant la formation. Il n’y a pas de déshonneur à le faire. Ce bilan personnel peut vous assurer un certain équilibre et une cohérence dans votre projet de vie, impliquant le domaine professionnel, mais aussi personnel.

© Stocklib goodluz
© Stocklib goodluz

Avez-vous pu échanger avec votre conjoint(e) sur les « +/- » de cette reconversion ? Ce que cela engage ? Envisager les changements de rythme, de vie de couple, la réorganisation des activités/présences avec votre famille, … le basculement de statut de salarié(e) à Entrepreneur…

Toutes ces questions, oui ! Elles sont importantes.

Car OUI, tout le monde n’a pas naturellement le profil d’Entrepreneur… mais cela s’apprend !

La posture professionnelle du Réflexologue

© Stocklib Wavebreak Media Ltd
© Stocklib Wavebreak Media Ltd

S’orienter vers une profession dans le domaine de l’accompagnement par des techniques de relations d’aide, sans être au clair avec Soi, peut, tôt ou tard, être risqué. Comparable à une « bombe à retardement », qui ferait rejaillir des situations non-réglées, des émotions enfouies ou des chocs post-traumatiques …

Selon la spécialité choisie, votre profession vous demandera une stabilité émotionnelle, psychologique et une posture professionnelle, plus importante. Cet aspect, de votre réflexion ne doit pas être minimisé.

© Stocklib dotshock
© Stocklib dotshock

S’engager dans la voie de l’Entrepreneuriat, c’est aussi faire tomber les tabous et parfois certaines illusions. Car se dire que l’on « va gagner tant » la première année, en s’appuyant sur l’idée un peu édulcorée que c’est un métier « à la mode » dont on parle beaucoup, n’est pas un argument suffisant pour bâtir un projet.

Il est vrai que l’évaluation chiffrée relève de la théorie, de la projection. Néanmoins, elle doit nécessairement se baser sur des paramètres locaux, vos atouts, votre motivation, etc. (objectifs et pérennité – budget prévisionnel).

Dans la peau d’un entrepreneur

Le choix du statut peut également évoluer à l’installation, changer en cours de route, du statut associatif, à la micro-entreprise au réel, au portage salarial, pour revenir au statut de micro-entreprise, puis société, TVA ou non, etc… Tout cela mérite réflexion, des suivis, des bilans, pour orienter et réajuster son activité aux réalités du terrain.

© Stocklib ammentorp
© Stocklib ammentorp

Le développement de son activité dépend de sa technicité, c’est vrai, mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg.

Quelque soit le régime que l’on choisit, la tâche peut être ardue. Le travailleur indépendant a l’obligation d’être aussi performant sur le plan commercial que dans toutes les autres facettes de son activité.

Et elles sont nombreuses !

 

Évoluer, développer, pérenniser, grandir en maturité

C’est peut-être aussi apprendre à déléguer ? D’un Praticien-orchestre à Chef d’Orchestre !

L’objectif du Professionnel du Bien-être, c’est de travailler sur son cœur de métier et d’apporter des produits ou des services correspondants aux attentes des clients. Mais c’est aussi : rechercher et établir des partenariats, prospecter activement, consolider ou ajuster son orientation professionnelle, associer des compétences, établir une stratégie marketing et la faire évoluer, créer un site internet et le tenir à jour, créer de nouveaux projets, innover, se différencier, gérer la comptabilité et suivre les aspects juridiques de son activité, etc.

Toutes ces activités font partie de la vie de l’entreprise.

Qu’ils soient micro-entrepreneurs ou enregistrés sous le régime classique, la tâche est colossale ! Et cela peut sembler si éloigné du profil de praticien en technique manuelle.

© Stocklib gstockstudio
© Stocklib gstockstudio

Enchainer les formations techniques/perfectionnements après une formation longue n’est pas forcément le meilleur choix : INTÉGREZ, DIGÉREZ, MAITRISEZ déjà ce que vous avez acquis et choisissez des formations de développements d’activités.

Devenez des professionnels !

Savoir faire, savoir être et savoirs

Les compétences et qualités à posséder ou à acquérir en plus des aspects «techniques» sont en effet nombreuses : commerciale, gestion, comptable, organisation, communication, écoute et empathie, persévérance, patience, etc.

L’organisation sera aussi votre meilleur atout … et il y a beaucoup à dire sur le sujet …

© Stocklib gstockstudio
© Stocklib gstockstudio

Bon développement à tous et autorisez-vous à être débutants en faisant des choix responsables que vous pouvez maitriser.

Osez vous faire accompagner dès le début de votre projet par une école ou un cabinet sérieux et spécialisé.

Vérifiez la notoriété, les méthodes … Et lancez-vous avec connaissance et vigilance !

Rédigé par : Laure GUEILHERS et Nathalie THOULY

Rédigé par :

Newsletter
Inscrivez-vous à la Newsletter !
businessDiaries
carnet-carre
chroniques
portraits
reportages
ephemere-galerie
A propos de l’auteure
Adélaïde votre blogueuse préférée de Charente-Maritime !

Fille d’un artisan-expert judiciaire, puis chef d’entreprise à mon tour, j’ai décidé de quitter le nid familial pour voler de mes propres ailes. J’ai alors œuvré dans le 1er groupe de presse français pendant 15 années. La filiale dans laquelle je travaillais a fermé ses portes après plus de 40 ans d’existence. D’un malheur est né un rêve. Je me suis alors inscrite dans une célèbre école de journalisme. Et mon diplôme d’attachée de presse en poche… Me voici…

Vous allez découvrir que je suis spontanée, capricieuse, espiègle, malicieuse faut-il croire, rêveuse sûrement, contemplative absolument, timide beaucoup et agaçante semblerait-il, sans aucun doute, pour certains…

Ce sont assurément pour toutes ces raisons, qu’il vaut mieux que j’écrive, c’est encore là que je reste la plus mignonne… Quoique !

Contactez-moi !

error: Content is protected !!