De l’Amour, Donna Quichotta !

Publié le 6 février 2018 - Chroniqueur : Véro Beauvoit
@Shutterstock
@Karita88 Pixabay
@Karita88 Pixabay

Le courriel constitue une forme de message très populaire dans la conversation amoureuse. Ses possibilités d’émission/réception s’étendent à quelques méga-octets, en général 5 méga-octets. Enorme capacité qu’elle est loin de partager. Son homme n’est pas un adepte de ce genre d’attention. Griser son écran de soliloques intérieurs, émettre des sécrétions d’âme pour signifier son ardeur. Elle passerait des heures accrochée à son appareil s’il se donnait la peine de l’ouvrir.

Bruissement de soupirs alanguis. L’absence de l’aimé. Ce migrateur qui la fait attendre. Elle le rêve.

@keresi72 Pixabay
@keresi72 Pixabay

S’il dort, peut-être verra-t-il une femme venir se blottir contre lui à la recherche de son corps chaud, de ses mains caressantes. La verra-t-il, sans doute, se pendre à ses lèvres, chercher sa langue pour lui dire tous les mots qu’elle voudrait prononcer mais qui ne s’entendent pas.

Qu’il fasse de beaux rêves auprès de cette incertitude, le soir, dans sa couche.

@Shutterstock
@Shutterstock

Donna Quichotta, l’illusionniste !

Cherche son Nord, sa partie froide.

Renonce à se consumer dans les vapeurs de la griserie éphémère, feinte, désuète. Ces vapeurs qui n’ont pas de lendemain, celles qui ne tissent rien.

Tente de tricoter,

un pull-over pour les longues soirées d’hiver,

@Printeboek Pixabay
@Printeboek Pixabay

une écharpe pour ne pas dissiper la voix,

un bonnet pour ne pas aliéner la tête,

des gants pour se protéger du froid,

des chaussettes pour ne pas perdre pieds,

un manteau pour se camoufler.

« Taratata, Taratata », une diva parfaite dans l’art de la péroraison de l’amour, en espéranto. Obsolète, périmée, décalée, utopique. Quelle élégance !

@greekfood-tamystika Pixabay
@greekfood-tamystika Pixabay

Elle ne sait où ses sms atterrissent. La traduction malheureuse. L’autrichien, le slovaque, le hongrois, l’allemand, toutes ces langues qui se mélangent. Si l’espéranto avait survécu ? Elle aurait chassé à cor et à cri.  « Taratata, Taratata », c’est l’hallali. La diva est aux abois, encore une mise à mort. Le chasseur ne se contente pas d’une seule proie. Il veut asseoir sa suprématie. La diva baisse les yeux devant tant d’infidélité, s’agenouille à terre, tend son cou. Elle affiche la bravoure du taureau dans l’arène.

Donna s’accroche à son fardeau dans lequel il y a

@freephotocc Pixabay
@freephotocc Pixabay

un carnet,

une trousse,

un porte-cartes,

un porte-feuilles,

une blague,

@Mistockshop Pixabay
@Mistockshop Pixabay

un trousseau de clés,

un téléphone,

un étui à lunettes,

un agenda,

des mouchoirs.

Liste exhaustive du contenu d’un sac. Le sien. Un cabas à porter. L’épaule se fragilise, elle craint de faire défaut

@FrankWinkler Pixabay
@FrankWinkler Pixabay

à l’écriture,

aux cadeaux,

aux nouvelles,

à ses envies,

@dfsym Pixabay
@dfsym Pixabay

aux rendez-vous,

à la lecture,

au rhume,

aux portes ouvertes.

Que de contraintes elle s’impose ! Son dos ne tiendra pas. Un jour, elle trouvera celui qui ne la fera pas plier sous le poids du destin. Son Sancho Panza.

Donna plonge dans l’écume d’une larme salée. Epicée d’un grain de solitude, elle poursuit sa quête inlassable de l’amour, enfant de bohème. Le vent se lève.

Coda : Foi belle et sois-toi !

imagesNous comprendrons vite à la lecture de « L’espèce fabulatrice », essai de Nancy Huston, tisseuse de liens, d’histoires, d’amour, combien lire est une nécessité pour l’Homme. Des romans, des récits. Ils donnent sens au réel. Effets de miroir, d’identité. Eloge de l’imaginaire et de ses pouvoirs.

Couronnée de nombreux prix, Nancy Huston, d’origine canadienne, est écrivaine, essayiste. S’immerger dans ses  romans, c’est rendre hommage à son talent à dire les ravissements de l’amour, les beautés de la vie.

« On ne naît pas (un) soi, on le devient. Le soi est une construction, péniblement élaborée. (…) Pour disposer d’un soi, il faut apprendre à fabuler. On l’oublie après, commodément, mais il nous a fallu du temps, et beaucoup d’aide, pour devenir quelqu’un. Il nous a fallu des couches et des couches et des couches d’impressions reliées en histoires. Chansons. Contes. (…) La conscience humaine est une machine fabuleuse… et intrinsèquement fabulatrice. »

L’Espèce fabulatrice, Nancy Huston, Ed. Actes Sud, coll. Un endroit où aller, 2008,  208 p.

Encore de quoi cultiver notre jardin. Se raconter des histoires, des histoires éblouissantes. Des feux d’artifice. En piocher dans les livres. S’identifier, se relier. N’est-ce-pas la nature de l’amoureux(se). Toutes ces rencontres qui nous élèvent, qui nous transcendent. Gardons les portes ouvertes !

Côté accords : la petite règle d’orthographe du mois

@sasint Pixabay
@sasint Pixabay

Le chapeau chinois ou accent circonflexe est l’union d’un accent aigu et d’un accent grave. Il coiffe à merveille les voyelles a, e, i, o et u.

Malgré la nouvelle réforme de l’orthographe de 1990 qui ne le rend plus obligatoire sur les i et u, il reste fondamental pour :

@Pexels Pixabay
@Pexels Pixabay

– conjuguer au passé simple et à l’imparfait du subjonctif.

nous fûmes – nous chantâmes – vous fîtes

qu’il fût – qu’il chantât – qu’il vît

 

@melancholiaphotography Pixabay
@melancholiaphotography Pixabay

– distinguer certains mots de leurs homophones.

boîte, « récipient »/il boite

dû, de devoir/du (de+le)

jeûne, « abstinence »/jeune

mûr, « mature »/mur

sûr, « certain »/sur

tâche, « travail »/tache, « marque ».

@1643606 Pixabay
@1643606 Pixabay

L’idéal pour ne pas faire d’erreurs, le dictionnaire ou quelques phrases à retenir pour se souvenir. J’affectionne particulièrement celle-ci :

« L’accent de cime est tombé dans l’abîme. »

(Fautes d’accent fréquentes, cime et abîme)

Bonne lecture Saint Valentine

Rédigé par : Véro Beauvoit

Newsletter
Inscrivez-vous à la Newsletter !
businessDiaries
carnet-carre
chroniques
portraits
reportages
ephemere-galerie
A propos de l’auteure
Adélaïde votre blogueuse préférée de Charente-Maritime !

Fille d’un artisan-expert judiciaire, puis chef d’entreprise à mon tour, j’ai décidé de quitter le nid familial pour voler de mes propres ailes. J’ai alors œuvré dans le 1er groupe de presse français pendant 15 années. La filiale dans laquelle je travaillais a fermé ses portes après plus de 40 ans d’existence. D’un malheur est né un rêve. Je me suis alors inscrite dans une célèbre école de journalisme. Et mon diplôme d’attachée de presse en poche… Me voici…

Vous allez découvrir que je suis spontanée, capricieuse, espiègle, malicieuse faut-il croire, rêveuse sûrement, contemplative absolument, timide beaucoup et agaçante semblerait-il, sans aucun doute, pour certains…

Ce sont assurément pour toutes ces raisons, qu’il vaut mieux que j’écrive, c’est encore là que je reste la plus mignonne… Quoique !

Contactez-moi !

error: Content is protected !!